Mots-clefs

, , , , , , ,


Mes chers,

Avant que j’explique l’enigme des images concernant de la facade du Louvre, j’ai raconté de ce sujet il y a quelque temps, sachez le suivant : j’écris. Entre-temps, certains devraient connaître . Mais sur quoi ? Permettez-moi d’expliquer :

L’histoire m’a fascinée à tout moment. Lorsque j’étais enfant, je dévorais des livres au sujet des châteaux et des châteaux et aimais les atlas historiques de ma grand-mère. Grâce à un cours fantastique et foisonnant dans la septième et huitième classe du lycée, mon intérêt était encouragé – tellement que le professeur catastrophique de la classe suivante ne pouvait pas détruire mon intérêt.

Toujours, je rentrais du cours historique à la maison avec le raisonnement „Comment cela continue ?“ Ma grand-mère me donnait des livres qui m’intéressaient. César. Auguste. Attila. Charlemagne, toujours en lien au sujet du cours scolaire. Je les aimais tous – sauf Attila, peut-être, mais il faut lui accorder quelques qualités.

J’ai eu ma première « rencontre » avec Louis le Grand à L’âge jeune, j’avais douze ou treize ans. Un dimanche pluvieux dont je me souviens bien, je feuilletais par hasard un „livre abondamment illustré concernant l’histoire européenne“ que j’avais trouvé dans la bibliothèque de ma grand-mère, et j’ai décélé l’image célèbre de Louis XIV par Hyacinthe Rigaud de 1701/02. Pour clarifier, je l’ai prise dans cet article.

Au temps sans Internet et multimédias, cette image était le seul que je connaissais pour un long temps  – dommage, car il y a des tableaux merveilleux que l’on n’utilise pas dans des livres pour une raison quelquonque. Quoi qu’il en soit, ce tableau me captivait. A la fin d’un visionnage plus exacte, les contradictions de ce tableau me sautait aux yeux. La grandeur de la pose, la représentation du souverain en grand costume royal du sacre avec des insignes tels que la couronne, le sceptre, l’épée ont été discutés fréquemment. Louis XIV avait 63 ans lorsque le tableau a été peint – un âge où, à présent, l’on préfère prendre sa retraite ou on prend sa retraite.

A rélever que Rigaud a tenu compte à l’âge du Roy en mettant une vieille figure sur un corps semblant étonnamment jeune. Les joues creuses, la conséquence des extractions des dents et du palais détruit, montrent bien les compétences des médecins royaux. On reconnait les légères marques de petite vérole, les yeux fatigués du Roy montrent un regard plein de résignation et de tristesse. Toutes ces particularités ne conviennent pas à l’idée d’un portrait de souverain. Une curiosité s’est jointe en plus, quand je regardais une « copie » de ce tableau à Herrenchiemsee. Malheureusement, il n’est pas permis de prendre des photos là.J’en reparlerai plus tard.

Donc, je commencais avec ma recherche des tableaux et des livres au sujet du Grand Roy, et mes résultats étaient – étonnant.

A suivre, mes chers.